industrie 4.0

Quels emplois dans l’usine du futur ? Première partie

L’industrie et le gouvernement allemands sont les promoteurs et chefs de file de la quatrième révolution industrielle annoncée, Industrie 4.0. Le but est clairement annoncé : procurer un futur pérenne à la production industrielle nationale et conserver le secteur de la machine-outil à la pointe.

Au-delà des promesses technologiques du concept Industrie 4.0, on se pose naturellement la question des incidences sur le travail humain, notamment pour la main d’œuvre la moins qualifiée.

Une étude de l’institut Fraunhofer IAO et une réflexion prospective de l’éditeur SAP livrent des pistes en la matière.


L’étude Produktionsarbeit der Zukunft – Industrie 4.0 du Fraunhofer

Les éléments exposés ci-après sont issus du management summary de l’étude. L’original de cette synthèse, ainsi que l’étude intégrale peuvent être téléchargés sur le site de l’Institut Fraunhofer IAO.

Les années passées ont vues la plus importante crise économique depuis la fin de la seconde guerre mondiale puis le redressement rapide de l’économie (allemande), démontrant que la production (industrielle) est un garant de la pérennité de la compétitivité de l’économie allemande.

Les marchés volatiles et changeants, de nouveaux entrants et acteurs globaux, des  produits spécifiques aux clients et des processus de production complexes nécessitent des systèmes et des personnels réactifs et flexibles tout en conservant un haut niveau de qualité et productivité.

Des développements actuels, tel que Industrie 4.0, flexible Low-Cost-Automation et l’utilisation des médias sociaux et appareils mobiles y compris en production, ouvrent des voies nouvelles.

Ce contexte étant posé se pose la question : à quoi va ressembler le travail productif du futur ?

L’institut Fraunhofer IAO a mené une étude basée sur les questions suivantes :

  • Quels développements en matière de travail dans le domaine de la production attendent les entreprises allemandes ?
  • Quelles pistes de solutions émergent-elles pour le travail avec la mise en œuvre de nouvelles technologies telles que les applications mobiles, les systèmes Cyber-physiques (Cyber-Physischen-Systemen, CPS) et l’utilisation des medias sociaux en production ?
  • Quels impacts en termes de travail entrainera la tendance à la flexibilisation ?

But de l’étude

Le but de l’étude est d’identifier les facteurs critiques de succès pour un modèle productif du futur, innovant et compétitif.

Méthodologie de l’étude

L’étude se base sur une enquête portant sur 661 entreprises de production, en ligne et par voie postale. Pour les trois quarts des cas, les répondants étaient les dirigeants, responsables de site ou de production.

Cette enquête a été complétée par des interviews de 22 experts renommés de la production allemande, parmi lesquels des représentants d’entreprises innovantes dans le domaine de la high-tech et de la production, des scientifiques du domaine de la production et Industrie 4.0 ainsi que des représentants syndicaux et de corporations.

La synthèse des résultats

  • L’automatisation autorisera la production en séries toujours plus courtes, cependant la main d’œuvre restera une composante importante de la production.
  • La flexibilité est et reste un facteur clé pour la production en Allemagne, dans des délais cependant plus courts encore à l’avenir.
  • La flexibilité doit être davantage focalisée et systématiquement organisée à l’avenir. Une flexibilité générale ne suffit plus.
  • Industrie 4.0 signifie davantage que la mise en réseau de systèmes cyber-physiques. L’avenir est à la captation intelligente de données, leur stockage et partage par les objets et les individus.
  • Les systèmes de pilotage décentralisés se multiplient, mais un pilotage décentralisé et complètement autonome des objets n’est pas encore en vue.
  • Les aspects de sécurité et sureté des installations intelligentes doivent être pris en compte dès leur conception.
  • Les tâches traditionnelles des opérateurs et concepteurs vont encore converger. Les travailleurs en production prendront en charge davantage de tâches liées au développement des produits.
  • Les personnels devront être formés directement sur le job et à court terme à des tâches que l’on peut difficilement anticiper.

En synthèse

Les résultats reflètent les attentes actuelles, tant sur les aspects théoriques que pratique. Ils servent de base à une discussion quant à l’organisation du système productif pérenne et compétitif Allemand.

> Deuxième partie


Adapation française par Christian HOHMANN, directeur au sein du cabinet ANEO


Suivez notre actualité sur twitter @ANEO_BizPerf


2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *