Silver économie, relais de croissance ? Partie 1

Ce billet est le premier d’une série consacrée à la Silver économie. Il abordera les enjeux de cette nouvelle filière en la replaçant dans son contexte sociologique et économique.

Les futurs billets détailleront les actions engagées par les pouvoirs publics, les biens et services entrant dans le périmètre de la nouvelle filière, ainsi que les opportunités économiques pour les acteurs de ce marché prometteur.


Qu’est-ce que la Silver économie et comment ce nouveau secteur pourrait être un relais de croissance pour l’économie française dans les années à venir ?


La Silver quoi ?

Commençons par définir ce qu’est la Silver économie : c’est l’économie des « cheveux argentés » (terme plus vendeur que cheveux gris), en d’autres termes des besoins liés au vieillissement.

Cette filière regroupe l’ensemble des activités économiques et industrielles bénéficiant aux « seniors », plus précisément les biens et les services qui peuvent relever notamment du sanitaire, du social, de l’habitat ou des loisirs, avec en arrière-plan le but fondamental de prolonger l’autonomie au maximum.

Le terme est apparu récemment sur la place publique et dans les médias sous l’impulsion du gouvernement Ayrault, mais il renvoie à une question que rencontre la population française – et plus largement les populations des pays industrialisés – depuis plusieurs décennies : comment faire en sorte que les personnes âgées, en nombre de plus en plus important, puissent vivre correctement dans la société moderne ?

La question du bien-être des « seniors » n’est pas nouvelle, mais elle a pris un caractère aigu avec l’urbanisation des populations des pays industrialisés, qui s’est fortement accélérée en France après la deuxième guerre mondiale, occasionnant le fractionnement de la cellule familiale traditionnelle et l’isolement des personnes âgées.

La solidarité intergénérationnelle ayant dépassé ses limites, il était temps que l’État français engage des actions concrètes afin de remplir son rôle de garant de la cohésion sociale.

Un problème démographique

Le vieillissement de notre population est une lame de fond qui est en train de bouleverser nos équilibres sociaux.

En effet, les projections de l’INSEE prévoient en France que les personnes âgées de 60 ans et plus, au nombre de 15 millions aujourd’hui, seront 20 millions en 2030. Le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus sera multiplié par près de 4 en 40 ans passant de 1,4 à 4,8 millions d’ici à 2050.

Le vieillissement général de la population s’accélère notamment à cause de l’importance de la génération des baby-boomers (voir définition plus bas), qui a aujourd’hui entre 51 et 69 ans et représente 15 millions de personnes, constituant la cible de la Silver économie pour les 15 années à venir.

Silver economy

Définition : On appelle baby-boomer la personne née lors de l’explosion des taux de natalité durant les années qui suivirent la Seconde Guerre Mondiale. Ce fut, dans de nombreux pays de l’hémisphère nord, une période de prospérité économique soutenue. Le terme tend de plus en plus à désigner toute la population qui aujourd’hui a franchi le cap des 50 ans

Mais revenons sur la définition du terme « senior ». L’INSEE indique que les seniors sont des personnes ayant plus de 50 ans. La Silver économie se focalisant en priorité sur les seniors n’ayant plus d’activité professionnelle, cette dernière population est subdivisée en 3 catégories (résultat des travaux de cadrage de la filière), basées non pas sur l’âge mais sur le mode de vie :

  1. Les âgés dits « actifs ». Ces retraités, autonomes et indépendants connaissent un vieillissement habituel ou usuel avec le cas échéant des atteintes de certaines fonctions, liées à l’âge, considérées comme physiologiques.
  2. Les âgés dits « fragiles ». Ces personnes présentent des limitations fonctionnelles et une baisse des capacités d’adaptation ou d’anticipation, sous l’action conjuguée du vieillissement physiologique, de maladies chroniques et du contexte de vie. La fragilité doit être comprise comme une situation dynamique ou même un état instable, qui peut évoluer vers une rupture d’équilibre, des complications et une perte d’autonomie, mais peut aussi être stabilisée par des interventions appropriées.
  3. Les âgés dits « dépendants ou en perte d’autonomie ». Ces âgés ont besoin d’être aidés pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou requièrent une surveillance régulière. Ils peuvent vivre à domicile ou en Ehpad (maison de retraite médicalisée). Ils ne représentent que 8 % du nombre d’âgés en France

La classification est donc établie à partir du niveau des troubles fonctionnels dus à l’âge menant à la perte d’autonomie, à la manière des critères de classification du handicap. Nous verrons dans un prochain billet que ce parallèle n’est pas anodin et que plusieurs acteurs appellent à traiter le handicap d’une façon globale, y compris ceux liés à l’âge : aux mêmes symptômes, les mêmes remèdes.

La population cible de la Silver économie est donc très importante et en forte progression, mais quelle est réellement la taille de ce marché et son impact sur l’économie française ?

>Partie 1 >Partie 2 >Partie 3


Guillaume PERRET du CRAY est Manager Assurance et Protection Sociale au sein du cabinet ANEO

Les technologies de pharma 3.0

Pharma 3.0 désigne, entre autres, l’interaction des consommateurs et patients avec les acteurs de la santé, ces derniers n’étant plus uniquement les acteurs traditionnels comme les laboratoires pharmaceutiques.

Illustration dans la vidéo ci-dessous

(source : http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/culture-geek/culture-geek-veiller-a-sante-chez-soi-21-02-178996/)


Imprimez vos dents

L’impression 3D ouvre de nouvelles perspectives enthousiasmantes, mais l’arrivée rapide de ces nouvelles techniques et le foisonnement des nouvelles possibilités offertes vont également bouleverser des secteurs d’activité, voire remettre en cause certains métiers.


L’orthodontie en impression 3D




>Lire une analyse sur l’impression 3D, innovation de rupture

Pharma 3.0

L’industrie pharmaceutique, longtemps épargnée des bouleversements qui affectaient d’autres secteurs d’activité plus exposés à l’hyperconcurrence et aux effets de la globalisation, se trouve à son tour obligée de revoir ses business models, son approche de la productivité, ses modes de distribution et sa communication / interaction avec le public.


Pharma 1,2, 3.0

Selon une étude du cabinet Ernst & Young, le modèle dit Pharma 1.0 correspond au modèle d’intégration verticale centré sur les blockbusters, les médicaments vedettes à grosses ventes et gros revenus.

Le modèle Pharma 2.0 est celui des laboratoires qui ont diversifié leur portefeuille d’activités en incorporant les médicaments génériques, les vaccins, des produits destinés à la santé animale, etc. et étendu leurs marchés aux pays émergents. Pharma 2.0 porte également des changements concernant la productivité et la performance financière au travers notamment de réorientations ou focalisations sur la « recherche de thérapies plus ciblées, la mise en place d’unités de R&D plus autonomes et plus souples, le développement de partenariats avec des sociétés de biotechnologie et des universités et l’externalisation de nombreuses fonctions ».

Alors même que les laboratoires pharmaceutiques continuent à mettre en œuvre des stratégies pour rester dans la course du modèle Pharma 2.0, leurs efforts pourraient bien être dépassés par un écosystème Pharma 3.0, où évoluent aux côtés des entreprises pharmaceutiques, des sociétés venant d’autres secteurs et des consommateurs de plus en plus avisés.
Source: http://www.ey.com/FR/fr/Industries/Life-Sciences/Progressions—Pharma-3

Pharma 3.0 (terminologie introduite par Ernst & Young) est une orientation stratégique pour les acteurs du secteur qui :

  • se focalise sur les patients, les consommateurs
  • engage des partenariats avec des acteurs non traditionnels du secteur
  • prend en compte les technologies et potentialités des applications mobiles

Pharma 3.0 n’est plus une affaire de seuls « pharmaciens » traditionnels car le public devient une partie prenante active au travers des réseaux sociaux, plus exigeante du fait de sa meilleure information et du sens critique partagé sur les réseaux.

Les autorités de tutelle, les sociétés d’assurance (mutuelles par exemple) ou les organismes tels que la sécurité sociale en France ont un regard plus critique sur les promesses des solutions proposées et sur le rapport bénéfice/coût. Ceci du fait des impératifs économiques mais également sous la pression sociétale.

De nouveaux acteurs du monde technologique tendent à proposer des solutions santé telles que le monitoring, la surveillance de paramètres à l’aide d’objets connectés ou l’exploitation des big data obligent les acteurs traditionnels du secteur pharma à revoir leur business model à nouveau.

Source: EY

Santé : faire le pari de l’innovation (Institut Montaigne)

Alors que les objectifs de sécurité nationale et industrielle sont gérés de concert dans le secteur de la défense, celui de la santé voit sa gouvernance éclatée en France. D’où une difficulté à rester compétitive mondialement, relève un rapport de L’Institut Montaigne, dévoilé en exclusivité par L’Usine Nouvelle.

Rapport innovation en santé

Dématérialisation et Excellence Opérationnelle

Profiter des projets de dématérialisation pour mettre en place une démarche d’Excellence Opérationnelle.

La mise en place de la dématérialisation est l’opportunité d’intégrer une démarche d’optimisation et de pérennisation des gains pour maximiser les résultats obtenus par ce type de projet.

L’intégration de l’Excellence Opérationnelle à cette démarche (management, processus et organisation) permet de tirer partie des possibilités liées aux nouveaux outils :

  • Réduction des gaspillages (stock, attente, …)
  • Optimisation des temps de traitements

Le saviez-vous ? Aneo a fait le choix d’intégrer son offre Dématérialisation au sein de la filière Business Performance afin de créer des synergies entre ce type de projet, le Lean Six Sigma et les méthodes de Conduite du changement.

Article précédent >La dématérialisation, un levier pour optimiser votre activité


Les auteurs de cet article, Thierry Laurendin et François Glikpo, sont consultants seniors au sein d’ANEO


La dématérialisation, un levier pour optimiser votre activité

La dématérialisation vise à remplacer des flux physiques (courriers, dossiers,…) par des flux informatisés.

Il s’agit couvrir l’ensemble du cycle de vie de l’information de l’entreprise : sa collecte ou capture, son organisation, son utilisation, sa publication et sa disposition, son archivage à des fins de gestion de la preuve.

Lorsque la dématérialisation concerne les flux sortants de l’entreprise, cette dernière donnera par exemple la possibilité à ses clients de recevoir ses factures, ses courriers, ses contrats, …, de manière électronique.

En outre, si une entreprise décide de dématérialiser ses flux entrants, cela peut permettre par exemple à ses clients de souscrire à un produit ou service, de faire une réclamation ou de réaliser une commande électroniquement.

Distribution, banque, énergie, tous les secteurs d’activité ont lancés des initiatives sur le sujet pour livrer des services à plus forte valeur ajoutée au moindre coût et dans des délais les plus brefs : la gestion et l’exploitation efficace de l’information comme levier d’optimisation !

Article suivant >Dématérialisation et Excellence opérationnelle


Les auteurs de cet article, Thierry Laurendin et François Glikpo, sont consultants seniors au sein d’ANEO


HealthcareHome_icon

Médecine personnalisée, ADN, Cloud et Big Data

Dans cinq ans, les médecins utiliseront systématiquement votre ADN pour vous garder en santé. Le cancer sera traité au niveau de l’ADN, tant pour le patient que la tumeur, à une échelle et à une vitesse jamais encore atteintes. Source : IBM


Pour mieux comprendre comment traiter le cancer de manière ciblée : Thérapies ciblées et prise en charge globale du patient

Interview du Professeur Véronique Trillet Lenoir, Professeur de Cancérologie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, Chef du service d’oncologie médicale du Centre hospitalier Lyon Sud aux Hospices Civils de Lyon (HCL).


HealthcareHome_icon

Semelles orthopédiques imprimées en 3D

Kegan Schouwenburg

Kegan Schouwenburg

Les techniques d’impression 3D vont probablement révolutionner la fabrication des semelles orthopédiques. La société américaine Sols (soles en anglais = semelles), fondée par Kegan Schouwenburg propose des semelles orthopédiques fines imprimées en nylon, lavables, en différentes couleurs.

Après un scan des pieds, un modèle de semelles correctrices est créé, puis imprimé en 3D.

Crédit images: sols.co


Imprimer ses semelles chez soi ?

Au train où vont les choses en matière d’impression 3D, il n’est pas exclu que l’on puisse à terme imprimer ses propres semelles orthopédiques chez soi. La création du fichier numérique du modèle restera l’affaire du spécialiste, mais l’impression pourra être personnelle.

L’intérêt est de réduire les coûts par unité et de pouvoir disposer de semelles s’ajustant dans différents types de chaussures, en restant discrètes ou au contraire en devenant un accessoire visible (couleurs, motifs..). C’est d’ailleurs un des arguments mis en avant par sols.co


HealthcareHome_icon

La famille Ospi guide les patients de l’hôpital

Famille OspiUne famille virtuelle aux personnages inspirés des jeux de cartes des sept familles, la famille Ospi, accueille et guide les patients de l’hôpital Nord-Ouest. (réunion des hôpitaux de de Villefranche et Tarare, la première communauté hospitalière de territoire de la région Rhône-Alpes)

Les sept membres de la famille représentent les grands-parents, les parents et les trois enfants.

Chaque personnage est cliquable, amenant le visiteur à un nouveau choix : des points sur le corps des personnages, figurant les services hospitaliers.

Famille Ospi Ces points sont astucieusement disposés pour que le visiteur fasse intuitivement le lien avec son affection.

Cliquer le nombril de Cathy, la jeune mère propose la gynécologie, alors qu’un clic sur la poitrine de Vincent le jeune père suggère la cardiologie.

Les visiteurs ayant une idée précise du service recherché peuvent cliquer sur le médecin qui proposera une liste.

La charmante famille habite l’adresse : http://www.lhopitalnordouest.fr/famille-ospi/

Hôpital Nord Ouest


« Older Entries Recent Entries »